artists

B.A.E

*English will follow

Avant de commencer à lire, je vous propose d’aller écouter cette chanson EN CLIQUANT ICI, qui est juste un de mes coup de coeur du groupe que je vous présente aujourd’hui et vous comprendrez pourquoi je suis si contente de partager leur talent !!

2017-08-07-PHOTO-00001374

” Felices los 4″ de Maluma , “Corazon” de Maluma FEAT Nego Do Borel,  “Robarte un beso” de Carlos Vives cela vous dit quelque chose ?
Si vous êtes un amateur de musique Latine vous allez forcément reconnaître ces titres.

Eh bien aujourd’hui je vous offre une redécouverte de ces chansons avec les mix du groupe B.A.E, groupe  latino de musique POP formé de 4  jeunes chanteurs.

Le groupe composé du Colombien Jax, du Vénézuelien Kévin et des Mexicains Ricky et Omar s’est formé grâce au réseaux sociaux !!
Et oui merci la nouvelle technologie !

C’est pour le plus grand plaisir de nos oreilles, et de nos yeux aussi ( n’est ce pas mesdemoiselles ) que ce quatuor s’est réunis afin de nous offrir leur meilleure version et remix de grands tubes latinos.

C’est en écoutant leur version de “Felices los 4” de Maluma et de “Robarte un Beso de Carlos Vives”que je suis tombée amoureuse de ces jeunes talents qui ont déjà leur fan-base bien établie au Mexique mais aussi à travers le Monde ! Et ce n’est que le début car bien qu’ils aient déjà collaborés avec divers artistes tels que Nath Campos, connue pour ses vidéos sur Vines et qui est une vraie superstar sur les réseaux sociaux, le groupe B.A.E a déjà pleins de projets en tête !

Ayant commencé par des reprises, le groupe a sorti sa première chanson le 02 Mars 2018 SOMOS FUEGO. Et effectivement ils mettent le feu 😉

Ils ont acceptés de répondre à quelques questions, rien que pour TheDreamLife.blog et je vous propose de découvrir comment ils arrivent à organiser leur vie publique et leur vie privée, ainsi que leurs rêves et projets.

Interview :

The Dream Life Blog : De nombreux groupes se forment puis se séparent. Comment vivez vous votre expérience ensemble? Il semble qu’il y a une excellente énergie entre vous.

Ricky : Cela a été toute une aventure, ainsi de la même manière que nous avons commis des erreurs, nous avons également beaucoup appris; et comme tu le dis la chimie qu’il y a entre nous, nous aide beaucoup pour affronter les problèmes.

TDLB : Comment gérez vous ce succès ?

Kévin : On est toujours reconnaissant envers les personnes qui nous supportent depuis le premier jour.

TDLB : Vous êtes jeunes et avez beaucoup de succès notamment avec la gente féminine. Comment est ce que c’est lorsque vous êtes sollicités de cette manière ?

Omar : Je crois qu’a cet âge et a tout âge d’ailleurs, il est important de porter attention aux personnes qui sont la pour toi dans les bons moments comme dans les mauvais moments voire même les pires. Nous sommes très chanceux, nous avons créés une connexion incroyable avec nos “BAE’s” ( Nom donné à leurs fans )

TDLB : Depuis que vous êtes devenus des personnalités publiques, qu’est ce qui a changé pour vous ?

Jax : Kévin et moi venons d’autres pays et quand on parle de changement, parfois il y a des moments ou avoir notre famille loin de nous, au Venezuela et en Colombie est difficile.

TDLB : Comment organisez vous votre vie de jeunes chanteurs avec votre vie privée ?

Jax : Nous sommes 100 % focalisés sur cette opportunité et du coup on est prêts et disposés à sacrifier “la vie de jeunes” pour réussir et atteindre nos buts.

TDLB : Vous faites des featuring, vous en avez fait un avec Nath Campos d’ailleurs. Avec quel artiste aimeriez vous collaborer ?

BAE, Ensemble : Ariana Grande, J Balvin, Bruno Mars.

TDLB : Un conseil pour les jeunes qui veulent faire comme vous .

BAE, Ensemble : Que tes rêves soient plus forts que tes peurs.

CLIQUE ICI POUR ECOUTER LEURS CHANSONS ET LES SUIVRE SUR YOUTUBE !

 

_DFR2684


 

If you are a Latin Music lover I am sure you already know the songs “Felices los 4” of Maluma, “Corazon” of Maluma feat Nego Do Borel and “Robarte un Beso” of Carlos Vives.

Today I suggest you to discover a new version of those HITS with 4 amazing singers, well-known in Mexico and who have followers from all over the World.

The pop latin group BAE (Before Anyone Else) is composed of the Colombian Jax, Venezuelan Kevin and Mexican Omar and Ricky. And this is for our greatest pleasure that they decided to remix together great latin tubes.

I first discovered their covers of “Felices los 4″ and” Robarte un Beso” and I just felt in love with their style and voices !!

And even their fan-base is based in Mexico, as I said, they have fans everywhere in the World and this is just the begining ! In fact, they already did featuring with great artist or Vines superstars like Nath Campos who is well-known on the social medias.

Even if they mostly did covers, BAE‘s single is now out since the 02nd of March 2018 : SOMOS FUEGO. And I can tell…. They are on fire ! Watch out !!

Here is the interview I had with BAE, and let me make you discover how these young artists manage their private life with their passion, their dreams, projects and more !

Interview :

The Dream Life Blog : A lot of group start together and then they separate. How you guys live your experience together? It seems there is a great connection between you.

Ricky : This is a whole adventure !! The same way we made mistakes, we also learnt a lot. And as you say, the chemistry between us help us a lot to face the challenges.

TDLB : How do you manage that success ?

Kévin : We are always very grateful for the persons who support us since day one !

TDLB : You are young and have already a lot of success, especially with women. How is it when you are sought like that ?

Omar : I believe at this age and no matter the age actually, you have to take care of the people around you, the people who are around you in the good moments, the bad ones and also the worst ! We are very lucky and grateful, we created a special bond with our “BAE’s”( Name they give to their fans ).

TDLB : Since you are public. What has changed for you ?

Jax :  Kévin and I come from others countries. I am Colombian, he is Venezulian and talking about changes, sometimes it is difficult to have our family far away.

TDLB : How do you manage the  young singers life with your privacy ?

Jax : We are 100 % focused on that incredible and amazing opportunity so we are willing to sacrifice what people of our age do to reach our goals.

TDLB : You do featurings with artists, you did one with Nath Campos. With which artists would you like to collaborate ?

BAE, together : Many ! Ariana Grande, J Balvin, Bruno Mars.

TDLB : An advice for young people who want to do like you.

BAE, together : May your Dreams bigger than your fears.

This slideshow requires JavaScript.

CLICK HERE TO LISTEN TO THEIR SONGS AND FOLLOW THEM ON YOUTUBE !

BONUS :  Here is one of my favorite cover of them : ROBARTE UN BESO

artists

Interview avec Liraldy La Divina

21731714_2038309219736478_2965902681911428462_o* English will follow

La voici la Voila l’entrevue avec Liraldy La Divina qui nous livre un peu plus sur sa musique et son parcours :

The Dream Life Blog : Tu chantes essentiellement du Merengue et de la Bachata. Est-ce une manière de faire voyager ta culture ou de te rappeler de tes racines ?

Liraldy La Divina : Oui je chante spécialement les rythmes qui identifient mes racines  mais je chante tout type de musique également. C’est une manière de faire connaître un peu  de notre culture à travers ma musique, pas seulement à Montréal et au Canada mais aussi de l’emmener à travers les parties du Monde qui écoute ma Musique. Mes racines sont bien ancrées et donc toujours présentes dans ma musique, impossible de les oublier.

TDLB : Est-ce que ça a toujours été ton rêve de chanter ou tu pensais à  d’autres choses quand tu étais plus petite ?

Liraldy La Divina : J’ai toujours aimé chanté depuis que je suis petite mais je ne l’ai jamais vu d’une manière professionnelle même si je faisais des événements. Je pensais juste à ma carrière Universitaire. Je n’ai jamais pensé à faire de grandes scènes.

TDLB : On voit beaucoup plus d’artistes Latinos Américains masculins que de femmes. Comment as-tu su t’imposer en tant qu’artiste Féminine ?

Liraldy La Divina : Oui c’est vrai, c’est sûr il y a plus d’artistes latinos masculins que de femmes mais chacun de nous avons du potentiel et la capacité de réaliser un travail de qualité. Tout est une question d’effort, de responsabilité. Cela emmène à ce que ceux qui te suivent et les médias te choisissent et te reconnaissent le moment venu de la reconnaissance ou des prix.

TDLB : Tu as été reconnue aux Latinos Awards à deux reprises comme Artiste Féminine de l’année. Que ressens tu à ce moment quand ils appellent ton nom?

Liraldy La Divina : Grâce à Dieu j’ai été reconnue deux fois comme Artiste Féminine. Je sens une émotion inexplicable à ce moment. Parce que simplement en entendant ton nom, cela veut dire que l‘effort, le dévouement et la qualité de ton équipe de travail vaut la peine et te fait vite monter vers le top.

TDLB : Quand tu chantes, on peut vraiment ressentir une grande force. Que signifie la musique pour toi ?

Liraldy La Divina : La musique est comme le cœur, sans lui je ne peux pas vivre. Ainsi quand je chante je le ressens et je le vis dans chacune de mes interprétations, même si ce n’est pas sur une scène.

SUIVEZ LA ET ÉCOUTEZ LA SUR :

Plate-formes d’écoute en ligne :
ARENA

HDMS4941-Edit 3

The DreamLife Blog : You specially sing Merengue and Bachata. Is that a way to make people discover more about your culture or to not forget about it ?

Liraldy La Divina : Yes I particularly sing rythms of Dominican Republic but I sing every kind of music. But for sure it is a way to make people discover about my culture through my music and not only in Montreal but also in every part  of the World where my music is played.
My origins are in my veins, that is why it is always in my music. It is impossible to forget about it.

TDLB : Did you always think about being a singer or did you want to do something else when you were younger ?

Liraldy La Divina : I always loved singing since I am young. But I never thought about being a professional even if I sang in  events. I was only thinking about University. I never imagined singing on big stages.

TDLB : It seems that there is more male Latin singer than female Latin singer. How did you impose yourself as a Female Artist ?

Liraldy La Divina : That is right, but I know that each one of us has the potential and the capacity to realize something of high quality. Everything requires effort and responsability. And people will follow you because of that : your followers and medias will choose you when the time of recognition comes.

TDLB : You winned twice the Awards of Female Artist of the Year . How do you feel at that moment ?

Liraldy La Divina : Thanks to God I was recognized twice as Female Artist. I feel an inexplicable emotion. When you ear your name, you know that all the efforts, the dedication and the quality of your team work worths it! And  all of that make you hit the top.

TDLB : When you sing, we can feel something powerful in your voice. What does music mean for you?

Liraldy La Divina : Music is like my Heart, without it I can not live. That is why when I sing I feel it and I am enjoying each performance. Even if it is not on stage.

This slideshow requires JavaScript.

FOLLOW and LISTEN to HER here :

Online listening platforms :
ARENA
artists

Pleins feux sur Liraldy La Divina

*  English will follow

HDMS4843-Edit 1

La première fois que je l’ai entendu, j’étais émerveillée par sa voix et la puissance qui s’en dégageait ! En plus d’être vraiment captivante sur scène, Liraldy La Divina nous transmet son amour pour la musique avec énergie et douceur !

La chanteuse d’origine Dominicaine va vous faire voyager au soleil à travers des merengue et des bachatas tout aussi aussi rythmés les uns que les autres ! D’ailleurs elle a dernièrement sorti un cover sur la chanson Mayores, que je vous invite à écouter en cliquant ICI.

C’est en chantant d’abord à la chorale de son église en République Dominicaine que Liraldy la Divina a développé son talent, et depuis elle enchaîne les présentations et les reconnaissances.

En effet, elle obtient en 2014 le prix de l’Artiste la plus populaire à l’étranger, par l’Union National des Artistes de République Dominicaine.

En 2015 elle est nommée au Latinos Awards Canada dans la catégorie Chanson de l’Année avec le titre Que me Perdone tu Señora  et dans la catégorie Artiste Féminine de l’Année, dont elle gagne le titre! Et on comprend pourquoi!

En 2016 elle est reconnue par “Los Premios Diamante” en République Dominicaine comme Révélation de l’Année et Merenguera sur les Réseaux Sociaux.

En 2017 Liraldy La Divina est de plus en plus demandée sur la scène et est à nouveau nominée en tant qu’ Artiste du Public et Artiste Féminine de l’Année dont elle gagne le titre une fois de plus !

21731714_2038309219736478_2965902681911428462_o

Décidée à porter le nom de la République Dominicaine au plus haut avec ses chansons Liraldy la Divina compte bien s’imposer dans le Monde Musical et il vaut mieux la suivre de très près.
Et c’est donc vraiment avec beaucoup de joie et de plaisir que j’ai eu l’occasion d’interviewer cette artiste, qui en plus d’être talentueuse et d’une gentillesse incroyabe !

Liraldy La Divina sait séduire son public (en même temps elle est magnifique ! ) et c’est donc sur cet article que je vous invite à découvrir l’interview en cliquant ICI !!

SUIVEZ LA ET ÉCOUTEZ LA SUR :

Plate-formes d’écoute en ligne :
ARENA

 

The first time I heard her singing, I was so impressed by her voice I knew I wanted to interview her and share her talent to all of my friends and to everyone I could meet !

She is so powerful and she knows how to captivate her public; which is just amazing. I remember she was performing on stage at The Latinos Awards Canada and I just forgot everything around me while I was listening to her.
She is so passionate when she sings that she takes you to her World.

From Dominican Republic, Liraldy La Divina will make you dance through Bachatas and Merengue and make you believe you are in the Caribbean !
By the way she just did a cover of the song Mayores, CLICK HERE to listen to it !

She started to sing at the Church Choir in Dominican Republic and since she is invited to perform in many places around the World : Canada, New York, Dominican Republic and more.

HDMS4910-Edit 4
She is also the Winner of many Awards:

Most outstanding artist abroad in 2014 with the National Union of Artists of Dominican Republic
– Twice winner of Female Artist of the Year at  the Latinos Awards Canada in 2015 and 2017
Merenguera in social Medias and Revelation of the Year in Los Premios Diamante in Dominican Republic in 2016

She was also nominated in the category Song of the Year with Que me Perdone tu Señora and Favorite Artist of the Public in the Latinos Awards Canada in 2015 and 2017.

She only started her career in 2014 and she is already ready to hit the top ! You better follow her now !! She is unstoppable !

I am really glad to introduce you this amazing and beautiful in and out singer in the interview just HERE !!

FOLLOW and LISTEN to HER here :

Online listening platforms :
ARENA
artists

Entrevue avec Anibal Cruz, fondateurs Des Latinos Awards Canada

*English will follow

IMG_0173

ENTREVUE:
THE DREAM LIFE BLOG : Bonjour Anibal. Tu es présentateur, animateur, producteur à la radio dans l’émission Le Show de Anibal Cruz, CKIN 106.3 FM  et tu es également le fondateur des Latinos Awards Canada, qui récompense les artistes Latinos Américains de Montréal et de tout le Canada.
Quelle est ta motivation pour créer tous ces projets, spécialement pour les artistes ici de Canada ?

ANIBAL CRUZ : Pour la radio, c’est une passion que j’ai depuis mon pays ou je travaillais dans de grandes stations là-bas et après je suis arrivé ici a Montréal. Je le vois plus comme un divertissement plutôt qu’un travail.

TDLB : Et pourquoi la radio et pas la télévision par exemple ?

ANIBAL CRUZ : Eh bien la télévision ce sont des images, on voit l’autre alors qu’à la radio on ne voit pas l’autre personne. Et comme je suis laid je préfère la radio pour pas que l’on me voit (rires)

TDLB : Je crois plutôt que c’est parce que tu es timide, comme tu me l’as dis tout a l’heure.

ANIBAL CRUZ : Hahaha oui, je suis timide et je travaille dessus parce qu’à cause de la timidité on peut perdre beaucoup d’opportunités. Et on peut en souffrir. Tiens je te donne un exemple. Si un homme est intéressé par une femme, à cause de sa timidité il perd l’occasion de lui parler. C’est un exemple commun mais ça se reflète dans le travail et dans d’autres domaines.

TDLB : D’ailleurs étant le fondateur des Latinos Awards, c’est une bonne manière de travailler sur ta timidité. Car on te voit, on te reconnaît sur scène.
Dis moi, qu’est ce qui t’a motivé à faire les Latinos Awards ?

ANIBAL CRUZ : J’ai grandi dans un milieu familial où on m’a toujours appris à aider les autres. Dans mon pays, les gens sont très ouverts et viennent chez toi sans prévenir (Anibal Cruz vient de la République Dominicaine). Je me rappelle que chez moi ma mère préparait toujours à manger au cas où quelqu’un venait et avait faim. Donc ma mère a toujours apprit à donner et à aider les autres. Et moi, j’ai remarqué que les artistes ont besoin d’appui. Parfois on ne les promotionne pas assez et donc j’ai voulu créer quelque chose pour les motiver, les soutenir. Et comment les motiver ? En reconnaissant le travail de chacun et qu’ils se sentent motivés à faire un travail de qualité. Car quoi de mieux que si je te dis “Ursula, merci pour ton travail et je le reconnais”. Tu vas te sentir mieux et tu voudras faire encore plus.
Les Latinos Awards ne sont pas une compétition, ce sont ceux qui gagnent le plus de vote du public qui vont le remporter parce qu’il  travaillent le plus, font de la promotion etc. Le public voit un mouvement donc a envie d’encourager celui qui travaille.

TDLB : Effectivement, le prix se mérite et merci à toi pour avoir créer ce grand projet. Les artistes grâce a cela gagnent plus de vues, plus de contrats.

ANIBAL CRUZ : Tout à  fait. Certains artistes ne savent pas comment gérer et promouvoir les prix. Or quand on voit un prix forcément on se dit ” waouw il est le gagnant de tel prix”. Par exemple, je suis producteur et si je produit un artiste pour 10 000 Dollars; quand il est nominé à un prix et le gagne, seulement pour cela l’artiste augmente son nom et sa qualité.
Si tu es un artiste qui débute, promotionne toi, vas aux entrevues, et pas seulement pour tes amis d’ici mais pour l’extérieur. Car les autres artistes et producteurs de l’extérieur quand ils voient PREMIOS DE CANADA, Ils savent que c’est un projet qui va aller aussi loin que les LATIN GRAMMYS.

TDLB : Merci et encore bravo à toi pour ce magnifique projet. Tu as également une fondation CRUZ-A. Peux tu nous dire un peu plus sur la fondation et sa mission.

ANIBAL CRUZ : La fondation a la même mission que les Latinos Awards: Aider ceux qui en ont besoin. C’est le slogan que j’utilise pour la fondation ” ayuda a los que necesitados”.
Au début, j’ai créé un événement qui a lieu le jour des rois mages pour donner des cadeaux aux enfants qui en ont besoin et qui n’en reçoivent pas. Donc on a fait des activités avec les enfants, il y a des artistes qui viennent, il y a une piñata, une fête. Et en voyant comment les enfants se sentaient heureux je me suis dit pourquoi ne pas créer une fondation. J’aime aider et collaborer avec les autres, donc s’il y a un projet intéressant, je vais faire en sorte d’aider, pas besoin de me le dire deux fois. J’ai toujours la vision de faire des projets pour aider et faire avancer la communauté.

TDLB :Et si on veut participer à ta fondation, comment ça se passe ?

ANIBAL CRUZ : Eh bien, il faut juste me voir et me dire comment vous pouvez apporter votre aide et je suis vraiment ouvert à tous types d’idées nouvelles et collaborations.

TDLB : Tu as de grands projets et ce n’est pas facile de créer de grands projets ainsi, parfois nous rencontrons des difficultés sur le chemin. Comment as tu surpassé les tiennes ?

ANIBAL CRUZ : Tous les projets nécessitent de l’argent. Le projet des Latins Awards je l’ai débuté de ma propre poche, et heureusement nous avons des commanditaires et ils nous aident autant qu’ils peuvent. Ceci dit il s’agit des LATIN AWARDS CANADA, donc comme le dit le nom c’est au niveau de tout le Canada et donc se projet se visualise pas seulement à Montréal mais aussi en Alberta, à Calgary et les autres provinces.  Donc il faut que ces provinces se  sentent concernées et promotionnent l’événement. Heureusement nous avons du Monde intéressant qui veulent y participer, des journalistes de différents endroits et très reconnus viennent pour aider car ils ont la vision, comme des personnes de La Méga (station de radio la plus écoutée à New York) , de Univision et il veulent aider car ils comprennent ma vision. Ainsi, même si ce n’est pas économique mais toute aide, des médias et autre, est bienvenue. Beaucoup de personnalité comme Valérie Plante (maire de Montréal), le député fédéral Manuel Bubourg, des personnalités d’Evenko (entreprise québécoise la plus importante en promotion, production et diffusion au Canada) et autres personnalité importantes nous suivent.

TDLB : Quelle est ta motivation ?

ANIBAL CRUZ : Voir les gens heureux et les voir réaliser leurs projets. Je veux voir le monde du divertissement au Canada qui se visualise comme il doit être !!! Les autres nous voit comme un milieu où on est calme, où il ne se passe pas grand chose, pas trop de mouvement. On doit se visualiser comme les États-Unis se visualisent, afin qu’on nous reconnaisse et que nos artistes soient reconnus et considérer ! Beaucoup de personnalités de différents pays s’intéressent aux LATINOS AWARDS CANADA car on se visualise un peu partout !! On veut s’étendre avec nos artistes et toutes les personnes qui y participent. Heureusement quand on a promotionné l’événement, des producteurs importants se sont intéréssés à nous et veulent venir aux Latinos Awards ! Car ils voient le potentiel pour d’autres pays, et ils le publient dans la presse de leurs pays. C’est important pour nos artistes locaux car on s’étend comme artiste, producteur et tous ceux qui participent aux Premios Latinos Awards .
Et même des bloggers, des reporters digitaux etc. L’année dernière nous avions la participation d’un reporter de People en Español. Donc on ne sait jamais les opportunités qu’il peut y avoir.

TDLB :Tu parles beaucoup de visualisation , qui est un concept dont beaucoup de personnes parlent pour réaliser leurs projets. As-tu  une routine pour te lancer dans la création des tiens ?

ANIBAL CRUZ : Je fais partis des personnes qui ont beaucoup d’idées. Et j’aime me projeter là où je veux être. Et si  je dois me rendre un endroit, parfois je ne sais pas comment je vais devoir traverser mais je vais le faire. Il faut affronter ses peurs car elles limitent nos capacités. Tu vas réaliser tes buts en ayant confiance en toi, même si tu ne sais pas comment faire au début. Mais la confiance en toi vas t’aider à trouver des options, des solutions pour traverser l’autre côté de la rivière. Une fois que tu as réussi  à traverser la rivière on te demande : comment tu as fais. Moi je répond :” Je l’ai fait !
Je ne sais pas comment, mais je l’ai fais”. Si tu te met des limites ou que tu restes assis a ne rien faire, rien ne va se passer.

TDLB : Aide toi et le ciel t’aidera…

ANIBAL CRUZ : Exactement, laisse moi te raconter une histoire ! Il y avait un homme qui était très croyant en Dieu. Il était dans une maison proche d’une rivière qui était en train d’inonder partout. On lui a dit de partir. Et il a répondu “non, je crois en Dieu et la rivière ne passera pas par la”

Quelques minutes plus tard, l’eau arrive aux genoux et il commence à dire : Dieu aide moi, je sais que tu vas m’aider j ai confiance en toi.
Un homme est passé alors avec un petit bateau et lui a dit de monter. L’homme a refusé et a dit “non Dieu va venir m’aider”.

L’eau continue de monter et un autre homme dans un bateau plus grand arrive et lui dit de venir avec lui. Même chose il répond que Dieu va l’aider. Alors que l’eau continue de monter, un hélicoptère vient à son aide et il refuse. Et là, la rivière l’emporte et il meurt. Quand il arrive au ciel il dit :” Dieu, j’avais confiance en toi, pourquoi ne m’as tu pas aidé. Regarde ou je suis !”
Dieu lui répondit : “Oui je t’ai envoyé un bateau, tu ne l’a pas voulu, je t’ai envoyé un bateau plus grand. Tu l’as refusé. Je t’ai donné un hélicoptère et tu n’es pas monté dedans.”
Certains veulent de l’aide mais ne la saisisse pas. Et il ne s’agit pas de simplement l’attendre. Il faut que tu fasses ta part. Tout se mérite.

TDLB : Grâce à ton expérience et ta sagesse, quel conseil peux tu donner à  quelqu’un afin qu’il reste humble en même temps qu’il réalise de grands projets ?

ANIBAL CRUZ : Ce que je peux conseiller c’est que personne ne progresse en étant égoïste. Aide toujours ton prochain. Nous sommes de passage sur ce Monde. Fais en sorte que l’on se rappelle de toi comme une personne de bien. Laisse un exemple, un héritage. Et non comme quelqu’un de méchant.
Je me pose toujours cette question : Comment veux tu que les gens se rappellent de toi ?
Fais en sorte d’être un bon mari, un bon ami etc.

TDLB : Merci pour ces mots Anibal, j’espère que tout le Monde entendra tes mots.

ANIBAL CRUZ : Merci à toi. Tout ce que je dis, je le dis avec le coeur.

SUIVEZ ANIBAL CRUZ A LA RADIO DU LUNDI AU VENDREDI, DE 21h à 00h DANS LE SHOW D’ANIBAL CRUZ CKIN 106.3 FM

FACEBOOK
INSTAGRAM

IMG_0177

IMG_0185

——————————————————————————————————————————-

INTERVIEW :

THE DREAM LIFE BLOG : Hello Anibal! You are producer, presenter at Le Show de Anibal Cruz, CKIN 106.3 FM and you also are the founder of the LATINOS AWARDS CANADA, which rewards the Latin artists from Canada. What was your motivation to do all those projects and especially the Latinos Awards CANADA ?

ANIBAL CRUZ : About radio, it is a passion. I worked in big radio stations in my country. I do not see it like a job but more as a passion, fun.

TDLB : Why radio and not TV for exemple ?

ANIBAL CRUZ : At Tv people are watching. At radio we do not see you and as I am ugly I prefer that people do not look at me (laughs)

TDLB : It is more because you are shy as you told me earlier.

ANIBAL CRUZ : Hahaha right, I am shy and I am working on it. Because of timidity you can miss a lot of opportunities. For example, a guy who likes a girl can miss the opportunity to talk to her because he is to shy. This is cliché but this happens in every areas of life.

TDLB : By the way, being the founder of The LATINOS AWARDS CANADA helps you to work on that timidity because everyone looks at you when you are on stage. We recognize you. What has motivated you to create that big event ?

ANIBAL CRUZ : I grew up in a helpful family . In my country (Dominican Republic) people are very open minded. People come into your house without prevent you. And I remember my mom cooking in case people come and were hungry so that they do not miss anything when they come home. So she taught me to always help people around me. I noticed that our artists need more support. There is not enough promotion so I wanted to create soemthing that can motivate them to go further. The best way to motivate them and help them to give their best ? Recognize their work. Imagine I tell you ” Ursula, Thank you for your amazinz work. I recognize it.” You will feel better and you will want to do better!
The public vote for the winner for the Latinos Awards, they see an artist who works a lot, who do a great job so they vote for him.

TDLB : Yes, you have to deserve the Prize. Thank you for this project because thanks to that some artists are more viewed and some are contacted to sign up contracts !

ANIBAL CRUZ : Exactly. Some artists do not know how to promote their prize. However when someone is awarded, it makes people curious. For example, I am a producer and I produce artists for 10 000 Dollars. But if the same artist is a Award winner, he raises up his quality and name.
If you just started in the industry, go to the interviews and events. Promote yourself. Not only for your local friends but for people all around the World. When people see LATIN AWARDS CANADA they know it will be bigger than the LATIN GRAMMYS.

TDLB : Congratulations and thank you again for this amazing project. You also have a foundation CRUZ-A. Can you talk about it, its mission.

ANIBAL CRUZ : The foundation has the same mission as the LATINOS AWARDS CANADA: Help people. That is the slogan I use for the foundation ” ayuda a los que necesitados”. At first I created an event during El Dia de los Reyes Magos. There was artists, piñata. The kids were so happy so when I saw that I thought to myself “Why to not create a foundation? “. I am always looking to help my community, you do not have to tell my twice if you need something.

TDLB : And if we want to participate, how does it work ?

ANIBAL CRUZ : Well you just have to contact me and tell me how you can help. I am open to new ideas and collaborations.

TDLB : You have big projects. Sometimes in our journey of creation we face obstacles. How did you overcome those obstacles ?

ANIBAL CRUZ : Every projects requires money. I funded the Latin Awards CANADA by myself. Fortunately we have sponsors that help us the best way they can. But as the name says, it is ” LATIN AWARDS CANADA”. It is not only for Montreal but the whole Country. Others Provinces are concerned and they have to promote the event too. We have well known personnalities who are interested in what we are creating now ! They want to be part of the project. We received personnalities from La Méga (most listened radio station in New-York), from Univision. They want to  participate because they understand my vision. Whatever that can help is welcomed : medias, ads. Public personalities like Valérie Plante (Mayor of Montreal), Emmanuel Dubourg (Member of Parliamant) and Evenko (biggest producer, promotor, distributor of Canada) are interested by us.

TDLB : What is your motivation ?

ANIBAL CRUZ : See people happy and realize their dreams. I want that the entertainment in Canada visualizes itself as USA visualizes itself. A lot of people think that there is not movement here. The USA sees big, and I want us too so that we can export our artists and they can be internationaly recognized. People from different countries are watching us. We want to expand the event and the people who participate. Fortunately when we promoted the event, important producers were interested to participate because they see the potential. They talk about us in their medias. It is important for our artists, promotors, producers and journalists and bloggers. There were reporters from People en Español, you never know where the opportunities are !

TDLB : You often mention  visualization, which is an important concept to creat wat we want. Do you have a specific routine to create your projects and reach your goals?

ANIBAL CRUZ : I have a lot of ideas. I like to see myself where I want to be. If I need to go somewhere, and I do not know how I will get there, it does not matter. I just know I will be where I want to be. You have to confront your fear to live with your full capacities. Even if you do not know how to do at the beginning, just trust yourself and go for what you want. By trusting yourself, all the solutions will come to you to cross the river. And when you will get on the other side, peole will ask you “HOw did you do that?”. I answer ” I do not know how. I just did it”. If you limit yourself or just sit there and wait for something to happen, it will not work. NOTHING will happen.

TDLB : God helps those that help themselves….

ANIBAL CRUZ : Exactly. Let me tell you story. There was a guy who believed in God. He lived near a river. There was a flood and people told to the guy to leave his house. He replied “No. I believe in God and he will help me”

A few minutes later, the river came to the knees. The guy started calling for God. Then, a guy on a little bboat called for the other guy and told him to come. The Man in the house says “NO. God is going to help me”.

Later on, while the river was flooding, another guy, in a bigger boat called the Man and invite him to come in the boat. He still said “NO God is going to help me”. An helicpoter came to bring the guy otherwise he will die. He still refused and then died.
He met God and said to him, angrily : ” God, I believed in you, why did you not help me ?”
And God replied ” I did. I sent you two boats and a helicopter and you refused them”.

People are clling for help but when it comes to them they refuse it. You have to take your chance. You have to deserve it.

TDLB : Thanks to your experience and your wisdom, which advice can you give to someone to stay humble and at the same time building big projects ?

ANIBAL CRUZ : No one succeed by being selfis. We are passing on this World. Make sure that people will remind you as a good person. I always asking myself “How do you people remind you?”. Try to be a good husband, a god friend.

TDLB : Thank your for those words Anibal. I hope that people will listen to them.

ANIBAL CRUZ : Thank you to you. It comes from my heart.

FOLLOW ANIBAL CRUZ EVERYDAY ON CKIN 106.3 FM MONDAY TO FRIDAY. 9pm – 12pm

FACEBOOK
INSTAGRAM

IMG_0184

This slideshow requires JavaScript.

 

artists

Quand la vision supplante l’action

*English will follow

 

IMG_0173

 

VISION – FOCALISATION – DETERMINATION – CROYANCE
Ce sont des mots que l’on entend de plus en plus et plus particulièrement venant d’un certain groupe de personne : Ceux ayant des buts, des rêves et qui les atteignent !!
Ce sont également les mots employés par mon “Invité” de The Dream Life Blog !

Et donc aujourd’hui je vous emmène dans l’Univers et le mode de pensées d’un des acteurs essentiels à l’expansion du Monde Latino-Américain a Montréal : Anibal Cruz
Animateur Radio, Producteur et Fondateur des LATINOS AWARDS CANADA, et de la fondation CRUZ-A.

Dans une entrevue exclusive, Anibal Cruz nous partage ses croyances et ce qui le motive chaque jour à agrandir sa vision afin de permettre la communauté Montréalaise et spécialement Latino-Américaine de grandir et de réaliser ses projets !

Dans cette entrevue que je vous partage dans un autre article ( plus facile à lire pour vous en faisant l’entrevue séparée ), vous allez découvrir ce qui le motive chaque jour à emmener ses projets le plus loin possible.

Ca a été un réel plaisir pour moi de mener cette entrevue, car j’ai découvert une personne humble, prête à aider les autres et avec une grande vision.

Aucun grand projet ne se réalise sans foi et détermination, et c’est ce qu’Anibal Cruz nous transmet dans cette interview. ( CLIQUE ICI POUR LA LIRE )
Il nous partage toutes les “clefs” de son succès et ce qui fait la différence entre une personne qui va atteindre ses objectifs et celle qui ne le fera pas.

N’avez vous pas remarqué que toutes les personnes qui atteignent leurs buts pensent et disent la même chose ?
Sûrement qu’il y a une raison 😉
Après avoir échangé avec des hommes d’affaires et des artistes reconnus à l’international, il était temps pour moi de vous partager la vision d’un homme qui se donne pour sa communauté et qui compte bien laisser un héritage pour nos artistes Canadiens !

Ce que je peux en tirer de cette entrevue, c’est que ” QUAND ON VEUT ON PEUT” et à celui qui a la foi et une détermination sans épreuve, peu importe les moyens, peu importe le comment, il arrivera à réaliser ses buts !!!

Ca peut paraître parfois “simplet” et pourtant …..  Je vous invite de suite à cliquer ICI pour comprendre un peu plus la vision d’un homme d’ affaire qui compte bien faire exploser nos artistes 😉

Le Monde n’a qu’à bien se tenir !


 

VISION – FOCALISATION – DETERMINATION – BELIEFS

These are words we often hear from people who have goals and reach them !
These are words that my new guest also employs !

So today I want to introduce you one of the most important person in the Latin community in Montreal : Producer, presenter and founder of the LATINOS AWARDS CANADA and foundation CRUZ-A.

In an exclusive interview, Anibal CRUZ shares with us his beliefs and what motivates him to expand his vision and helps the Latin community to be more expanded all around Canada.

It was so productive and such a pleasure to interview him. I learnt so much and discovered someone who is very humble despite his big projects. And it is with kindness that he shared with me his vision.

None great project is realized without faith and determination. This is what Anibal Cruz transmits to us through this interview ( CLICK HERE TO READ THE FULL INTERVIEW )

He shares his “keys to success” and what makes the difference between someone who reach his goals and the one who does not.

Did you ever notice that people who succeed in life think the same way ?
After meeting entrepreneurs and artists for almost two years, I am really excited to share with you the vision of someone who is ready to level up our Canadian artists !!

What I retain from this interview is that if someone wants something, he will get it. NO matter the obstacles he has to face, determination will lead this person to his goal.

It sounds very easy and probably “cliché” but this is so powerful. I let you go and read the interview, so that you will better understand the vision of a man who is ready for the next level !

IMG_0181

artists

La tendance Cruzito

*English will follow

FB_IMG_1515120900671

Que vous ayez déjà entendu son nom ou pas encore, vous n’allez pas tarder à vous aussi, être envoûté par son talent, comme des milliers de fans à travers le Monde !
D’origine Hondurienne, Cruzito a grandi à Montréal, au Canada, où il a développé son art.
De là, il a partagé la scène avec d’autres personnalités internationales, enchainé des tournées à travers l’Amérique Latine mais aussi en Europe, notamment en France avec le Big Boss Daddy Yankee.

Avec son expérience et ses divers featuring, Cruzito s’est imposé comme l’artiste Latino Montréalais le plus étendu à l’étranger en gagnant le prix de “Artista Destacado en el extranjero ” aux Latins Awards 2015.

C’est avec grand plaisir aujourd’hui que je vous introduit cet artiste, décrit comme sensible, positif et aussi au caractère bien assumé !
Cet artiste, actif sur les réseaux sociaux, est une inspiration pour beaucoup. Vous pouvez d’ailleurs le suivre sur :
-IG @officialcruzito
– Youtube cruzitovideos
-Facebook cruzito
Rendez-vous avec le phénomène Cruzito qui vous emmène dans un Univers à la fois romantique et rythmé :

ENTREVUE:

THE DREAM LIFE BLOG : Bonjour Cruzito, Bonne année ! Ravie de t’avoir avec The Dream Life BLog aujourd’hui, j’ai justement quelques questions pour toi, pour démarrer cette nouvelle année. Et la première question que je me pose c’est : Avec le talent naturel que tu as, comment as tu su que c’était la chanson qui était faite pour toi ? Est ce que c’est venu comme ça ou tu avais testé d’autres choses avant ?

CRUZITO : Ça a commencé très jeune. Ma mère m’emmenait souvent à l’église et elle m’a forcé à rentrer dans la chorale. Et j’ai commencé à aimer ça. Je suis une personne “en manque d’attention” donc je cherche toujours à  me démarquer. J’étais la personne qui chantait le plus fort, qui faisait des décorations avec sa voix. Mais jusqu’à l’adolescence je ne savais pas encore que j’aimais ça au point d’en faire mon métier, même si j’ai toujours été très réceptif,  spécialement à la musique des années 80.

J’ai commencé à regarder les artistes comme Prince, Mickael Jackson; mon père les  écoutait beaucoup. Mais quand j’ai voyagé au Honduras pour la deuxième fois, j’avais 13 ans, là- bas c’était le reggaeton qui était en train d’exploser et pour moi c’était nouveau car à Montréal on n’avait pas beaucoup de musique latina, pas beaucoup de support dans les médias et dans ce temps là on n’avait pas non plus les réseaux sociaux.

En revenant à Montréal j’ai téléchargé tout ce qui était reggaeton; j’aimais vraiment le rythme. Et j’ai toujours aimé l’écriture, écrire des poèmes donc j’ai commencé à mélanger écriture et musique et à composer mes musiques. A 15 ans, avec mon ami d’enfance Henri à qui je donne un shout out ! (rires) on écrivait ensemble.

On avait créé notre propre studio, et on utilisait les “pencils microphones” et des boîtes d’œufs pour insonoriser le placard d’Henri. On enregistrait nos propres démos là et au départ c’était vraiment juste pour le fun. Je faisais mes propres instrus et on aimait cela. On faisait écouter à nos amis et ils aimaient. Un an après on s’est rendu compte que les gens aimaient vraiment ce que l’on faisait et ça a alimenté ma soif d’aller plus loin.
A 16 ans ma première chanson DIME QUE SERA est allée jusqu’aux oreilles d’un producteur à Porto Rico qui m’a offert mon premier contrat de disque. Et c’est là que  tout a été déclenché et que je me suis dis que je veux faire ça de ma vie.

J’ai lâché l’école à 17 ans, j’ai voyagé et suis resté à Porto Rico pendant 8 mois et c’est là que ma carrière s’est lancée.

TDLB : D’ailleurs tu as fais un featuring avec RaKiM et Ken-Y sur DIME QUE SERA…

CRUZITO : Oui, ce sont eux qui m’ont donné ma première opportunité en tant qu’artiste, j’ai collaboré dans leur album, c’était leur premier album et c’était ma première fois aussi que moi, je collaborais et faisais mon introduction dans la musique. On a fait 2 chansons en featuring. Et ces chansons restent encore, quand je voyage les gens demandent encore à les chanter, ce sont des classiques. S’en est suivi DE QUE VALE, ONE IN A MILLION avec Tony Dize. Ça m’a ouvert des portes je suis vraiment reconnaissant et depuis je continue à travailler.

TDLB : C’est un super parcours ! Et cela fait plus de dix ans que tu es dans ce milieu. Est-ce qu’à travers le temps, tu essayes de faire passer un message particulier dans tes chansons ?

CRUZITO : Moi je pense que les artistes, nous sommes responsables du contenu que nous voulons partager, surtout auprès des jeunes qui nous écoutent. Dans mon cas, j’ai toujours aimé la musique romantique, positive. Je n’ai jamais été quelqu’un qui parle méchamment dans ses chansons, je ne parle pas de violence, je ne parle pas de drogue, ni de sexe; oui certaines ont des connotations et ça fait partie de la tendance et je vais en faire une mais les dix autres chansons qui vont suivre parleront d’amour, de rupture, ce qui arrive dans la vie. C’est très relatif et en lien avec ce que les gens vivent. Je m’inspire un peu de ma vie personnelle, j’essaye de ne pas trop le faire quand même parce qu’après j’écoute mes propres chansons et je me dis “Oh no”. Je veux toujours être cet artiste auquel les gens peuvent s’identifier et qu’ils peuvent partager avec leurs amis et leur famille.
J’ai un fils de 9 ans et tu ne peux pas être un artiste et promouvoir des messages négatifs. Je sais que c’est une tendance et ça fait partie d’une façade, c’est le personnage de l’artiste mais on est responsable et on doit faire attention à cela .

TDLB : Exactement ! Tiens tu parles de ton fils et des réseaux sociaux. Écoutes, j’ai un peu fouillé (rires) et tu dis que la chose qui compte le plus pour toi c’est ton fils. Donc il t’inspire, tu fais attention par rapport à lui. Quelle relation entretiens-tu avec lui et à quel point il t’inspire ?

CRUZITO : Ben tu vois, mon fils c’est une des raisons pour laquelle je suis retourné en force dans la musique. J’ai eu une absence musicale quand je l’ai eu, j’avais 21 ans, pas de job, chez mes parents et j’étais un peu perdu, je ne savais pas quoi faire à ce moment . J’étais vraiment “a mess” et là je me suis dis “non prend conscience et prend tes responsabilités, les choses doivent changer”. Donc j’ai tout de suite trouver un job, prit un appartement avec mon ex-copine. Ça m’a vraiment changé. J’ai vraiment focalisé sur lui et laissé la musique, je ne pouvais pas séparé cette énergie en deux. Donc pendant 3-4 ans j’étais papa et là je me suis dit que je retourne dans la scène, même si je continuais à écrire. Et là les gens le voient, voient que l’on est sérieux et que l’on revient en force. Donc mon fils m’a inspiré à faire un “reality-check” et de revenir sur scène. Je fais tout cela pour lui. Je veux aussi être son exemple. On est les meilleurs amis du Monde. Je pense que c’est important pour un parent d’avoir de la discipline et d’être proche de son enfant, de passer du temps de qualité avec.

TDLB : Et en plus tu lui transmet le message de réaliser ses rêves …

CRUZITO : Oui et il aime la musique, il a sa playlist dans Spotify; donc je dois faire mon père poule pour regarder ce qu’il écoute et que je m’assure qu’il n’écoute pas du trap même si je veux lui laisser faire ses choix. Il est très artistique.

TDLB : Parlant de responsabilité, sachant que tu es reggaetonero et que le reggaeton avait une image négative pendant longtemps; on voit maintenant que ça change notamment avec des artistes comme Daddy Yankee qui est un des Big Boss dans ce style et qui donne un ton plus positif. Que penses tu de cette évolution ?

CRUZITO : Moi je pense qu’on doit rester dans ce courant d’évolution musicale. Les temps et les tendances changent et il faut s’adapter et aussi être conscient du contenu. Tu vois comme Daddy Yankee, ce sont des artistes  que j’admire car on ne les voit jamais dans des controverses médiatiques, contrairement à  de nouveaux artistes. Donc certains sont focalisés sur le message et d’autres sur “ce qui se vend”.
Moi je veux être un artiste soutenu pour ses valeurs et principes et qui les suit ! Je veux inspirer les gens. Donc le reggaeton a eu son moment et là ça revient avec le trap, c’est comme une mode, on doit juste faire attention à ce que l’on transmet.

TDLB  : On peut voir aussi que tu es très actif sur les réseaux sociaux et on a donc pu suivre tes voyages en Colombie, au Chili, où tu as fais des tournées en 2017. Et tu as grandi à Montréal donc tu as pu voir la différence entre les cultures et voir ton différent public. Est-ce que c’était différent?

CRUZITO : Ben déjà là je suis un peu nerveux quand je retourne en Colombie et les autres pays car ça fait longtemps et a l’époque on remplissait des stades avec RaKiM & Ken-Y, les gens chantaient nos chansons et la je reviens sur la scène donc c’est sûr que je me pose la question : est ce que les gens se rappellent de moi? Vont-ils chanter mes chansons?  Et j’ai vraiment été surpris. Je retourne au Chili et là j’ai vraiment été surpris ! Les gens ils sont là, les clubs sont remplis, les gens chantent et dansent mes chansons, prennent des photos et interagissent sur les réseaux. Ça fait chaud au cœur car je n’aurai jamais imaginé que les gens seraient intéressés à savoir ce qui se passe avec moi. Même chose au Pérou et en Colombie.
On parle d’aller faire des shows en Espagne, Argentine, Équateur . Les gens demandent!
J’ai grandi à Montréal donc les gens me connaissent ici et me voient partout. Je pense que le public néglige ses artistes locaux. Mais si on continue avec cette mentalité on ne va jamais voir quelqu’un d’ici percé car personne ne soutient vraiment hormis ta famille et tes amis.
Des fois je vois des commentaires et ça me touche mais c’est pas autant qu’ailleurs. Il y a un dicton qui dit ” on n’est pas prophète dans sa propre Terre”, ben c’est vrai mais il faut changer cela. Moi quand je vois mes amis artistes je les encourage car je veux que Montréal soit le prochain Toronto comme avec Drake, The Week-End. Ok ils font de la musique anglophone mais pourquoi on ne pourrait pas changer cela aussi ?
Je pense qu’il nous faudrait plus de soutient, aussi avec nos promoteurs et qu’ils nous paient. Car quand ils le font, moi j’investis sur moi, sur ma carrière.

J’ai chanté en France, à l’ouverture pour Daddy Yankee, on m’a payé en Euros et ils investissent en leur artiste car ils savent que l’on évolue, à Montréal je ne vois pas cela.

TDLB : C’est également la mission de The Dream Life BLog : permettre aux artistes et entrepreneurs de vous faire connaître plus car, même si certains ont déjà leur public, le but est de vous faire connaître encore plus.

CRUZITO : Et on apprécie vraiment cela les gens comme vous et la radio qui permettent cela. Et grâce à cela il y aura toujours 2, 3 personnes qui vont te connaître si ce n’était pas le cas avant.

Cela me fait penser à ma chanson ” Un Rêve”. C’est ma première chanson francophone et justement je parle français, j’habite dans une province francophone et j’ai le talent pour écrire et composer en espagnol; pourquoi ne l’aurai-je pas en français ?
Et c’est venu naturellement, la chanson a beaucoup été partagé sur les réseaux. J’ai reçu pleins de commentaires et d’invitations. J’ai vu les “plays” en France augmenter et là on est à 100 000 et, ok c’est rien comparé au million de plays mais c’est ma première chanson en français et au départ je n’ai pas de public français donc pour moi c’est un accomplissement. J’aime prendre des risques. En tant qu’artiste c’est bien de sortir de notre zone de confort et de faire quelque chose de différent, et moi je pense que c’est ce qui fait de nous des artistes : l’ART, c’est être créatif. Et donc si on continue à faire ça on sera sûrement aussi plus soutenu.

TDLB : En parlant de zone de confort, 2017  a été une année où tu es pas mal sorti de ta zone de confort si on a suivi ton actualité sur les réseaux @officialcruzito, quelle est la plus grande expérience que tu as retenu de cette année et dont tu vas te servir pour 2018 ?

CRUZITO : J’ai pris de grande décision cette année. J’ai vécu une rupture qui m’a fait voir les choses différemment, j’ai quitté mon travail avec le plan de focaliser à 100 % sur ma carrière.
Avant j’avais beaucoup de responsabilités et je n’arrivais pas à focaliser mais maintenant j’ai vraiment plus de temps pour moi. Donc mon challenge c’est de sortir de cette “commotion” et me concentrer sur mes objectifs pour évoluer dans ma carrière mais aussi en tant qu’être humain.

TDLB : Magnifique, et avec le parcours que tu as, tu as déjà ton public, tu vas encore plus loin, tu as également été reconnu ici à Montréal en tant que l’artiste à Montréal le plus étendu à l’étranger en 2015, donc beaucoup de reconnaissance. Ça te fait quoi d’être autant soutenu pour ton rêve ?

CRUZITO : Je commence à être “vieux”. Ça fait 10 ans que je fais de la musique et je n’ai pas encore connu le succès que je veux. Oui les gens savent qui est Cruzito, oui les gens connaissent ma musique mais des fois ça me pique quand j’entends ” Ah il fait encore de la musique ? “. Je fais parti des personnes qui croient que le succès, la motivation, le désir de devenir quelqu’un n’a pas d’âge. Si tu veux faire quelque chose  à ce moment précis de ta vie, fais le. Pourquoi t’en empêcher ? Pourquoi écouter les gens ?
Le message que je peux faire passer est que quand tu as un rêve, une passion, suis là. Suis tes intuitions. GO FOR IT. J’ai vécu tellement de défis, de portes fermés, des personnes qui ne veulent pas que je réussisse. Et c’est ça mon moteur.
Des fois j’étais démotivé et je me disais que je devais laisser la musique, que ce n’est pas fait pour moi mais NON. Je n’abandonne pas. Ce que je retiens c’est de continuer, travailler fort, écouter ton intuition et la discipline.

TDLB : Crois tu plus à la discipline et au travail ou au talent ?

CRUZITO : Moi je pense que c’est un mélange des deux. On doit retrouver les 2. Tu peux avoir tout le talent du Monde mais sans discipline tu ne peux pas vraiment y arriver. Pour te donner un exemple, pour moi Messi est un grand joueur de soccer, c’est un talent. Et tu as Cristiano Ronaldo, et moi je trouve qu’il est discipliné, c’est ça la différence.
Et moi je veux être les deux en même temps. Je veux être talentueux et discipliné. Si je veux jouer un instrument je vais aller apprendre. J’aimerai apprendre le piano et en jouer en concert. Pour ça je ne suis pas talentueux mais j’ai la discipline pour apprendre.
Certains n’ont pas de talent et ils sont là et se promeuvent tout le temps ! Et je leur dit ” j’admire car tu continues et tu fonces ! “. Et grâce à ça ils peuvent réussir plus tard à être meilleur.

TDLB : Que peut-on te souhaiter pour 2018 ?

CRUZITO : Je veux la santé physique, morale, être bien dans ma peau et dans ma tête sinon tu te démotives vite. Je veux être en paix avec moi-même. Ensuite je veux la motivation personnelle de continuer, des fois je me mets des “reminders” pour me motiver ! Troisièmement : le succès pour vivre ma musique et permettre  à mes parents d’arrêter de travailler.

TDLB : C’est donc ce je te souhaite : Santé, Motivation et Succès ! Merci beaucoup d’avoir répondu aux questions de The Dream Life Blog!

CRUZITO : Merci à toi pour l’invitation.

 

FB_IMG_1515120958499FB_IMG_1515120982839


 

Whether you have already heard his name or not yet, you will be soon captivated by his talent.
Born in Honduras, Cruzito grew up in Montreal, Canada, where he developed his art. From there, he shared the stage with other international personalities, chained tours accross Latin America but also in Europe, especially in France with the Big Boss Daddy Yankee.

With his experiences and his various featuring, Cruzito is established as the most prolific Montreal Latino artist abroad winning the prize of “Artista Destacado en el extranjero” at the Latins Awards 2015.

It is with great pleasure today that I introduce you this amazing artist, described as sensitive, positive and also with a well-asserted character!
This artist, active on social networks is an inspiration for many. You can follow him on :

-IG @officialcruzito
– Youtube cruzitovideos
-Facebook cruzito

Meeting with the phenomenon Cruzito who takes you in a Universe both romantic and rhythmic.

FB_IMG_1515120929902

INTERVIEW :

THE DREAM LIFE BLOG : Hello Cruzito, Happy New Year! Nice to have you with The Dream Life Blog today, I have a few questions for you, to start this new year. And the first question is : with the natural talent that you have, how did you know it was the song that was made for you ? Did it come that way or did you test other things before ?

CRUZITO: That happened very early. My mother often went to church with me and she forced me to go into the choir. I started to like that.  I am the kind of person who likes attention, I always try to be different. I was the person who sang most hardly, who made decorations with his voice. But until I was a teenager I did not  know that I liked music to the point I can make it my business, even if I was receptive to music.

I started to listen to  artists such as Prince, Mickael Jackson. My father used to listen to them. But when I travelled in Honduras for the second time, I was 13 years old,  reggaeton was exploding. For me it was totally  new because in Montreal we have had not a lot of South American music, not many support in medias and at this time social networks were not that popular.

Back to Montreal, I downloaded everything that I could find about reggaeton; I really enjoyed the rhythm. And I always liked writing poems thus I began to mix writing and music to compose my music. At 15 years old, with my childhood friend Henri to whom I give a shout out! (Laughter) we wrote together.

We created our own studio, and we used pencils microphones and boxes of eggs to soundproof Henri’s closet. We recorded our own demos there. At first it was really just for fun. I made my own instrumentals and people liked that. Our friends liked that too. One year later we realized that people really liked what we made and that fed my thirst to go farther.
At 16 years my first song DIME QUE SERA went up to the ears of a producer to Puerto Rico which offered me my first record contract. And there everything started and I realized I wanted to do music all my life.

TDLB: Moreover you made a featuring with Ken-Y and RaKiM on DIME QUE SERA…

CRUZITO: yes, they gave me my first opportunity. I collaborated in their album, it was their first album and it was my first time as well that I collaborated and made my introduction in music. We made 2 songs together. And these songs still stay, when I travel people still ask me to sing these songs, they are classics. Then we created DE QUE VALE, ONE IN A MILLION with Tony Dize. That opened me doors; I am really grateful and since I continue to work.

TDLB: What an amazing journey! And It has been more than ten years you are in music. Do you try to deliver a specific message through your songs ?

CRUZITO: I think that as artists, we are responsible for the contents we share, especially with young people who listen to us. In my case, I always liked romantic, positive music. I  never speaks bad in my songs, I do not speak violence, I do not speak drug, nor of sex; yes some have connotations and that is a part of the tendency. I am going to make one but the ten other songs which are going to follow will speak about love, about break-up, what happens in life. It is very connected with what happens in people’s lives. I am inspired by my personal life, I try not because I listen to my own songs and I am like” Oh no “. I want to be the kind of artist with who people can  identified themselves and they fel they can share my work with their friends and their family.
I have a 9-year-old son and you cannot be an artist and promote negative messages. I know that it is a trend and that is a part of a facade, it is the character of the artist but we are responsible and we have to pay attention to that.

TDLB: Exactly! You talked about your son and about social networks. I did my own researches(laughter) and you say that what counts the most to you it is your son.  What relation do you maintain with him and to what extent he inspires you?

CRUZITO: Look, my son is one of the main reasons why I go back to music. I had a musical absence when I had him, I was 21 years old, no job, at my parents’home and I was a little lost, I did not know what to do at this moment. I was ” a mess ” and there I just had a cognition and realized that I had to face up my responsibilities, things had to change. Then I had a job, I took an apartment with my ex-girlfriend. That really changed me. I really focused on my son and left music, I could not separated this energy in two. During 3-4 years I was a dad and there I said to myself that I need to return to the stage, even if I was still writting. And now people see that we are serious and that we are making a real and strong comeback.
So my son inspired me to do a “reality-check” and to go back on stage. I do everything for him. I also want to be his example. We are the best friends of the World. I think that it is important for a parent to be close to his child, to spend quality time with him.

TDLB: Plus, you deliver him the message to realize his dreams …

CRUZITO: yes and he likes music, he has his Spotify playlist;  I have  to look at what he listens and  I make sure that he does not listen to trap music even if I want to let him makes his own choices. He is very artistic.

TDLB: Speaking about responsibilities, knowing that you are reggaetonero and that reggaeton had a negative image for a long time; we see now that changes. Especially with artists like Daddy Yankee who is one of the Big Boss in this style and who gives a more positive tone. What do you think of this evolution?

CRUZITO: I think that we have to keep evolving. Time and tendencies change and it is necessary to adapt ourselves and also to be aware of the contents. I admire Daddy Yankee because we never see him or artists like him in media controversies, contrary to new artists. Some are focused on the message and others on ” what is sold “.
I want to be an artist supported for his values and principles and knowing that I follow them! I want to inspire people. Reggaeton had its moment, now we have trap, it is fashion, we just have to pay attention on what we deliver to others.

TDLB: We can also see that you are very active on the social networks and we followed your journeys in Colombia, in Chile, where you were on tour in 2017. But you grew up in Montreal thus you were able to see the difference between the cultures and to see your various public. How was it?

CRUZITO: When I go back there I am a little bit nervous because it has been a long time ago and at this period we filled stadiums with RaKiM and Ken-Y. People sang our songs So when I go back I wonder if people remember me? Are they going to sing my songs? And I was really surprised. I returned in Chile and I was really surprised! Clubs are full, they sing and dance my songs, take photos and interact on networks. That is heartwarming because I never have imagined that people would be interested to know what happens to me. Same thing in Peru and in Colombia.
We are planning to make shows in Spain, Argentina, Ecuador. People want to.
Sometimes I see comments and that touches me but it is not as much as somewhere else. There is a saying which says ” we are not a prophet in our own Earth “. It is true but it is necessary to change it. When I see my  friends I encourage them because I want that Montreal becomes  the next Toronto, with Drake, The Week-End. OK they make some English-speaking music but why we could not change it also?
I think that we need more support. Also with our promoters and that they pay us. Because when they do, I invest on me, on my career.

I sang in France, in the opening for Daddy Yankee, they paid me in Euros. They invest in their artist because they know that we evolve, in Montreal I do not see it.

TDLB: It is also the mission of The Dream Life BLog: to promote artists and entrepreneurs to be more known.

CRUZITO: We really appreciate people like you and radio stations who allow it. And thanks to it there will always be 2 or 3 people who are going to know you if it was not the case before.

Taat reminds me my song “A Dream”, it is my first French-speaking song. I speak French, I live in a French-speaking province and I have the talent to write and compose in Spanish; why shall not I have it in French?

And it came naturally, the song was well shared on networks . I received a lot of comments and invitations. I saw plays in France increased and there we are at 100 000 plays. OK it is nothing compared to million of plays but it is my first French song. Plus my public is not French, so for me it is a real achievement.
I like taking risks. As artist it is good to go out of our comfort zone and make something different. I think that’s what make us being artists: ART, it is to be creative. If we continue to do that we shall be more supported also.

TDLB: By talking of comfort zone, 2017 was a big year for you if we followed your current events on networks @officialcruzito. What is the biggest experience that you held of this year and which one you are going to use for 2018?

CRUZITO: I made big decisions this year. My girlfriend and I broke up, which showed me things differently, I quit my job with the plan to focus 100% on my career.
Before I had many responsibilities and I did not manage to focus but now I have more time for me. My challenge is to go out of this “shock” and be concentrated  on my goals to evolve in my career but also as human being.

TDLB: Amazing !
With your experience, you already have your public, you go even farther, you were also recognized here in Montreal as most spread artist abroad in 2015, thus a lot of recognition. What do you feel by being that supported in your journey to your dream ?

CRUZITO: I am becoming  “old”. It has been 10 years I make music and I have not known the success yet which I want. Yes people know who is Cruzito, yes people know my music but sometimes that pricks me when I hear ” ah he still makes music? “. I am part of the people who believe that success, motivation, the desire to become somebody is not of age. If you want to make something at this precise moment of your life, do it. Why to prevent you from it? Why do listen to people?
The message I wan to spread is that when you have a dream, a passion, follow it. Follow your intuitions, your guts. GO FOR IT. I lived so many challenges, closed doors, people who do not want that I successed. But that encourages me..
Sometimes I was demotivated and I said  to myself that I had to give up music, that it was not made for me but NO. I will not give up. What I bring with me in 2018 is to continue, to work hardly, to listen to your intuition and be disciplined.

TDLB: Do you believe more in discipline and work or in talent?

CRUZITO: I think it is a mix of boh. You can have all the talent of the World but if you are undisciplined you cannot really achieve your dream. To give you an example, for me Messi is a big player of soccer, he is a talented. And there is Cristiano Ronaldo, who is to me  disciplined, that’s it the difference.

And I want to be both at the same time. I want to be talented and disciplined. If I want to play an instrument I will learn how to do it. I would like learning piano and playing it in concert. For piano, for now I am not talented but I have the discipline to learn.
Some have  no talent and they  promote themselves all the time! And I admire that fire they have. And thanks to that they can manage later to be better

TDLB: What can we wish you for 2018?

CRUZITO: I want physical and moral health, inner peace otherwise you are fast demotivated. I want to motivate myself enought to keep going. Sometimes I put myself “reminders” to stay motivated! Thirdly I want success to live my music and allow my parents to stop working.

TDLB: This is what I wish to you: Health, Motivation and Success! Thank you very much to have answered the questions!

CRUZITO: Thanks to you for the invitation.

FB_IMG_1515120940209FB_IMG_1515120997246

artists

5 ans de Gypsy Kumbia Orchestra

FullSizeRender1

Crédits : Photo par Ezra Soiferman, http://www.EzraSoiferman.com

Vendredi 17 Novembre 2017, j’ai eu l’honneur d’assister à une représentation du groupe GYPSY KUMBIA ORCHESTRA, orchestre qui propose une fusion envoûtante de percussions colombiennes et de sonorités gitanes : Que vous sachiez danser ou pas Préparez vous à bouger sur les rythmes endiablés de Gypsy Kumbia Orchestra, vous n’y résisterez pas !!

Effectivement, avec une salle remplie, le public était bien présent pour ce groupe fondé en 2012 et TOUT  LE MONDE sans exception se laisse prendre aux sons de ces 15  talentueux artistes.

Il faut dire que le groupe fait preuve d’une grande complicité avec son public et l’invite à participer avec lui au show, au plus grand bonheur des fans de Gypsy Kumbia Orchestra.

Chants, danses, théâtre, tout y est pour passer un excellent moment et on se laisse vite emporté par le dynamisme et la synergie des artistes !
Sous les thèmes de la LIBERTE, du BONHEUR et de l’EMANCIPATION, Gypsy Kumbia Orchestra nous offre un spectacle haut en couleur et on se retrouve plongé dans un Univers où on ne veut juste plus en ressortir !

Je vous invite fortement à les suivre, car après avoir été nominé aux JUNO  best World Music album in 2016 et d’avoir gagné le prix CAMUZ best world music Montreal band in 2014 and 2015, on n’a pas finit d’entendre parler d’eux 😉

Allez vite sur ce lien pour en découvrir plus sur eux : Gypsy Kumbia Orchestra !!

22467356_1479658715453044_3880013649866457849_o

—————————————————————————————————————————————-

On Friday, November 17th 2017, I had the pleasure of seeing the incredible 5th anniversary show of the band GYPSY KUMBIA ORCHESTRA.
(Click the link !!!)
at Montreal’s Rialto Theatre.
Gypsy Kumbia offers up a mesmerizing fusion of Colombian percussion and raucous Gypsy stylings. Whether you’re a dancer or not, I guarantee you will not be able to resist GKO’s infectious rhythms.
In fact, at the packed event, nearly everyone was up on their feet, dancing along with the 15 amazingly-talented artists who packed the stage.
I have to say, this group has such a synergy with its audience, inviting them to participate every step of the way, much to their delight.
Singing, dancing, theatre, acrobatics, everything is rolled into their show and we are driven by the dynamism and interconnectedness of these multi-talented artists.
Under the themes of freedom, happiness and emancipation, Gypsy Kumbia Orchestra offered up an unforgettable 3-set show, allowing us to be plunged into a universe we simply did not want to leave.
I strongly invite you to follow these guys. There’s a reason they were nominated for the 2016 Juno for best World Music Album and why they won the Camuz Prize for Best World Music Group in 2014 and 2015. We definitely haven’t finished hearing about this one-of-a-kind band.
To watch a short video from the show by Montreal filmmaker Ezra Soiferman, please visit https://youtu.be/v8OkyqscXDo

 

To know more about them go and click on the link : Gypsy Kumbia Orchestra !!

FullSizeRender

Crédits : Photo par Ezra Soiferman, http://www.EzraSoiferman.com

This slideshow requires JavaScript.

Crédits : Photo par Ezra Soiferman, http://www.EzraSoiferman.com

Thank you to Ezra Soiferman for capturing these moments.