artists

La tendance Cruzito

*English will follow

FB_IMG_1515120900671

Que vous ayez déjà entendu son nom ou pas encore, vous n’allez pas tarder à vous aussi, être envoûté par son talent, comme des milliers de fans à travers le Monde !
D’origine Hondurienne, Cruzito a grandi à Montréal, au Canada, où il a développé son art.
De là, il a partagé la scène avec d’autres personnalités internationales, enchainé des tournées à travers l’Amérique Latine mais aussi en Europe, notamment en France avec le Big Boss Daddy Yankee.

Avec son expérience et ses divers featuring, Cruzito s’est imposé comme l’artiste Latino Montréalais le plus étendu à l’étranger en gagnant le prix de “Artista Destacado en el extranjero ” aux Latins Awards 2015.

C’est avec grand plaisir aujourd’hui que je vous introduit cet artiste, décrit comme sensible, positif et aussi au caractère bien assumé !
Cet artiste, actif sur les réseaux sociaux, est une inspiration pour beaucoup. Vous pouvez d’ailleurs le suivre sur :
-IG @officialcruzito
– Youtube cruzitovideos
-Facebook cruzito
Rendez-vous avec le phénomène Cruzito qui vous emmène dans un Univers à la fois romantique et rythmé :

ENTREVUE:

THE DREAM LIFE BLOG : Bonjour Cruzito, Bonne année ! Ravie de t’avoir avec The Dream Life BLog aujourd’hui, j’ai justement quelques questions pour toi, pour démarrer cette nouvelle année. Et la première question que je me pose c’est : Avec le talent naturel que tu as, comment as tu su que c’était la chanson qui était faite pour toi ? Est ce que c’est venu comme ça ou tu avais testé d’autres choses avant ?

CRUZITO : Ça a commencé très jeune. Ma mère m’emmenait souvent à l’église et elle m’a forcé à rentrer dans la chorale. Et j’ai commencé à aimer ça. Je suis une personne “en manque d’attention” donc je cherche toujours à  me démarquer. J’étais la personne qui chantait le plus fort, qui faisait des décorations avec sa voix. Mais jusqu’à l’adolescence je ne savais pas encore que j’aimais ça au point d’en faire mon métier, même si j’ai toujours été très réceptif,  spécialement à la musique des années 80.

J’ai commencé à regarder les artistes comme Prince, Mickael Jackson; mon père les  écoutait beaucoup. Mais quand j’ai voyagé au Honduras pour la deuxième fois, j’avais 13 ans, là- bas c’était le reggaeton qui était en train d’exploser et pour moi c’était nouveau car à Montréal on n’avait pas beaucoup de musique latina, pas beaucoup de support dans les médias et dans ce temps là on n’avait pas non plus les réseaux sociaux.

En revenant à Montréal j’ai téléchargé tout ce qui était reggaeton; j’aimais vraiment le rythme. Et j’ai toujours aimé l’écriture, écrire des poèmes donc j’ai commencé à mélanger écriture et musique et à composer mes musiques. A 15 ans, avec mon ami d’enfance Henri à qui je donne un shout out ! (rires) on écrivait ensemble.

On avait créé notre propre studio, et on utilisait les “pencils microphones” et des boîtes d’œufs pour insonoriser le placard d’Henri. On enregistrait nos propres démos là et au départ c’était vraiment juste pour le fun. Je faisais mes propres instrus et on aimait cela. On faisait écouter à nos amis et ils aimaient. Un an après on s’est rendu compte que les gens aimaient vraiment ce que l’on faisait et ça a alimenté ma soif d’aller plus loin.
A 16 ans ma première chanson DIME QUE SERA est allée jusqu’aux oreilles d’un producteur à Porto Rico qui m’a offert mon premier contrat de disque. Et c’est là que  tout a été déclenché et que je me suis dis que je veux faire ça de ma vie.

J’ai lâché l’école à 17 ans, j’ai voyagé et suis resté à Porto Rico pendant 8 mois et c’est là que ma carrière s’est lancée.

TDLB : D’ailleurs tu as fais un featuring avec RaKiM et Ken-Y sur DIME QUE SERA…

CRUZITO : Oui, ce sont eux qui m’ont donné ma première opportunité en tant qu’artiste, j’ai collaboré dans leur album, c’était leur premier album et c’était ma première fois aussi que moi, je collaborais et faisais mon introduction dans la musique. On a fait 2 chansons en featuring. Et ces chansons restent encore, quand je voyage les gens demandent encore à les chanter, ce sont des classiques. S’en est suivi DE QUE VALE, ONE IN A MILLION avec Tony Dize. Ça m’a ouvert des portes je suis vraiment reconnaissant et depuis je continue à travailler.

TDLB : C’est un super parcours ! Et cela fait plus de dix ans que tu es dans ce milieu. Est-ce qu’à travers le temps, tu essayes de faire passer un message particulier dans tes chansons ?

CRUZITO : Moi je pense que les artistes, nous sommes responsables du contenu que nous voulons partager, surtout auprès des jeunes qui nous écoutent. Dans mon cas, j’ai toujours aimé la musique romantique, positive. Je n’ai jamais été quelqu’un qui parle méchamment dans ses chansons, je ne parle pas de violence, je ne parle pas de drogue, ni de sexe; oui certaines ont des connotations et ça fait partie de la tendance et je vais en faire une mais les dix autres chansons qui vont suivre parleront d’amour, de rupture, ce qui arrive dans la vie. C’est très relatif et en lien avec ce que les gens vivent. Je m’inspire un peu de ma vie personnelle, j’essaye de ne pas trop le faire quand même parce qu’après j’écoute mes propres chansons et je me dis “Oh no”. Je veux toujours être cet artiste auquel les gens peuvent s’identifier et qu’ils peuvent partager avec leurs amis et leur famille.
J’ai un fils de 9 ans et tu ne peux pas être un artiste et promouvoir des messages négatifs. Je sais que c’est une tendance et ça fait partie d’une façade, c’est le personnage de l’artiste mais on est responsable et on doit faire attention à cela .

TDLB : Exactement ! Tiens tu parles de ton fils et des réseaux sociaux. Écoutes, j’ai un peu fouillé (rires) et tu dis que la chose qui compte le plus pour toi c’est ton fils. Donc il t’inspire, tu fais attention par rapport à lui. Quelle relation entretiens-tu avec lui et à quel point il t’inspire ?

CRUZITO : Ben tu vois, mon fils c’est une des raisons pour laquelle je suis retourné en force dans la musique. J’ai eu une absence musicale quand je l’ai eu, j’avais 21 ans, pas de job, chez mes parents et j’étais un peu perdu, je ne savais pas quoi faire à ce moment . J’étais vraiment “a mess” et là je me suis dis “non prend conscience et prend tes responsabilités, les choses doivent changer”. Donc j’ai tout de suite trouver un job, prit un appartement avec mon ex-copine. Ça m’a vraiment changé. J’ai vraiment focalisé sur lui et laissé la musique, je ne pouvais pas séparé cette énergie en deux. Donc pendant 3-4 ans j’étais papa et là je me suis dit que je retourne dans la scène, même si je continuais à écrire. Et là les gens le voient, voient que l’on est sérieux et que l’on revient en force. Donc mon fils m’a inspiré à faire un “reality-check” et de revenir sur scène. Je fais tout cela pour lui. Je veux aussi être son exemple. On est les meilleurs amis du Monde. Je pense que c’est important pour un parent d’avoir de la discipline et d’être proche de son enfant, de passer du temps de qualité avec.

TDLB : Et en plus tu lui transmet le message de réaliser ses rêves …

CRUZITO : Oui et il aime la musique, il a sa playlist dans Spotify; donc je dois faire mon père poule pour regarder ce qu’il écoute et que je m’assure qu’il n’écoute pas du trap même si je veux lui laisser faire ses choix. Il est très artistique.

TDLB : Parlant de responsabilité, sachant que tu es reggaetonero et que le reggaeton avait une image négative pendant longtemps; on voit maintenant que ça change notamment avec des artistes comme Daddy Yankee qui est un des Big Boss dans ce style et qui donne un ton plus positif. Que penses tu de cette évolution ?

CRUZITO : Moi je pense qu’on doit rester dans ce courant d’évolution musicale. Les temps et les tendances changent et il faut s’adapter et aussi être conscient du contenu. Tu vois comme Daddy Yankee, ce sont des artistes  que j’admire car on ne les voit jamais dans des controverses médiatiques, contrairement à  de nouveaux artistes. Donc certains sont focalisés sur le message et d’autres sur “ce qui se vend”.
Moi je veux être un artiste soutenu pour ses valeurs et principes et qui les suit ! Je veux inspirer les gens. Donc le reggaeton a eu son moment et là ça revient avec le trap, c’est comme une mode, on doit juste faire attention à ce que l’on transmet.

TDLB  : On peut voir aussi que tu es très actif sur les réseaux sociaux et on a donc pu suivre tes voyages en Colombie, au Chili, où tu as fais des tournées en 2017. Et tu as grandi à Montréal donc tu as pu voir la différence entre les cultures et voir ton différent public. Est-ce que c’était différent?

CRUZITO : Ben déjà là je suis un peu nerveux quand je retourne en Colombie et les autres pays car ça fait longtemps et a l’époque on remplissait des stades avec RaKiM & Ken-Y, les gens chantaient nos chansons et la je reviens sur la scène donc c’est sûr que je me pose la question : est ce que les gens se rappellent de moi? Vont-ils chanter mes chansons?  Et j’ai vraiment été surpris. Je retourne au Chili et là j’ai vraiment été surpris ! Les gens ils sont là, les clubs sont remplis, les gens chantent et dansent mes chansons, prennent des photos et interagissent sur les réseaux. Ça fait chaud au cœur car je n’aurai jamais imaginé que les gens seraient intéressés à savoir ce qui se passe avec moi. Même chose au Pérou et en Colombie.
On parle d’aller faire des shows en Espagne, Argentine, Équateur . Les gens demandent!
J’ai grandi à Montréal donc les gens me connaissent ici et me voient partout. Je pense que le public néglige ses artistes locaux. Mais si on continue avec cette mentalité on ne va jamais voir quelqu’un d’ici percé car personne ne soutient vraiment hormis ta famille et tes amis.
Des fois je vois des commentaires et ça me touche mais c’est pas autant qu’ailleurs. Il y a un dicton qui dit ” on n’est pas prophète dans sa propre Terre”, ben c’est vrai mais il faut changer cela. Moi quand je vois mes amis artistes je les encourage car je veux que Montréal soit le prochain Toronto comme avec Drake, The Week-End. Ok ils font de la musique anglophone mais pourquoi on ne pourrait pas changer cela aussi ?
Je pense qu’il nous faudrait plus de soutient, aussi avec nos promoteurs et qu’ils nous paient. Car quand ils le font, moi j’investis sur moi, sur ma carrière.

J’ai chanté en France, à l’ouverture pour Daddy Yankee, on m’a payé en Euros et ils investissent en leur artiste car ils savent que l’on évolue, à Montréal je ne vois pas cela.

TDLB : C’est également la mission de The Dream Life BLog : permettre aux artistes et entrepreneurs de vous faire connaître plus car, même si certains ont déjà leur public, le but est de vous faire connaître encore plus.

CRUZITO : Et on apprécie vraiment cela les gens comme vous et la radio qui permettent cela. Et grâce à cela il y aura toujours 2, 3 personnes qui vont te connaître si ce n’était pas le cas avant.

Cela me fait penser à ma chanson ” Un Rêve”. C’est ma première chanson francophone et justement je parle français, j’habite dans une province francophone et j’ai le talent pour écrire et composer en espagnol; pourquoi ne l’aurai-je pas en français ?
Et c’est venu naturellement, la chanson a beaucoup été partagé sur les réseaux. J’ai reçu pleins de commentaires et d’invitations. J’ai vu les “plays” en France augmenter et là on est à 100 000 et, ok c’est rien comparé au million de plays mais c’est ma première chanson en français et au départ je n’ai pas de public français donc pour moi c’est un accomplissement. J’aime prendre des risques. En tant qu’artiste c’est bien de sortir de notre zone de confort et de faire quelque chose de différent, et moi je pense que c’est ce qui fait de nous des artistes : l’ART, c’est être créatif. Et donc si on continue à faire ça on sera sûrement aussi plus soutenu.

TDLB : En parlant de zone de confort, 2017  a été une année où tu es pas mal sorti de ta zone de confort si on a suivi ton actualité sur les réseaux @officialcruzito, quelle est la plus grande expérience que tu as retenu de cette année et dont tu vas te servir pour 2018 ?

CRUZITO : J’ai pris de grande décision cette année. J’ai vécu une rupture qui m’a fait voir les choses différemment, j’ai quitté mon travail avec le plan de focaliser à 100 % sur ma carrière.
Avant j’avais beaucoup de responsabilités et je n’arrivais pas à focaliser mais maintenant j’ai vraiment plus de temps pour moi. Donc mon challenge c’est de sortir de cette “commotion” et me concentrer sur mes objectifs pour évoluer dans ma carrière mais aussi en tant qu’être humain.

TDLB : Magnifique, et avec le parcours que tu as, tu as déjà ton public, tu vas encore plus loin, tu as également été reconnu ici à Montréal en tant que l’artiste à Montréal le plus étendu à l’étranger en 2015, donc beaucoup de reconnaissance. Ça te fait quoi d’être autant soutenu pour ton rêve ?

CRUZITO : Je commence à être “vieux”. Ça fait 10 ans que je fais de la musique et je n’ai pas encore connu le succès que je veux. Oui les gens savent qui est Cruzito, oui les gens connaissent ma musique mais des fois ça me pique quand j’entends ” Ah il fait encore de la musique ? “. Je fais parti des personnes qui croient que le succès, la motivation, le désir de devenir quelqu’un n’a pas d’âge. Si tu veux faire quelque chose  à ce moment précis de ta vie, fais le. Pourquoi t’en empêcher ? Pourquoi écouter les gens ?
Le message que je peux faire passer est que quand tu as un rêve, une passion, suis là. Suis tes intuitions. GO FOR IT. J’ai vécu tellement de défis, de portes fermés, des personnes qui ne veulent pas que je réussisse. Et c’est ça mon moteur.
Des fois j’étais démotivé et je me disais que je devais laisser la musique, que ce n’est pas fait pour moi mais NON. Je n’abandonne pas. Ce que je retiens c’est de continuer, travailler fort, écouter ton intuition et la discipline.

TDLB : Crois tu plus à la discipline et au travail ou au talent ?

CRUZITO : Moi je pense que c’est un mélange des deux. On doit retrouver les 2. Tu peux avoir tout le talent du Monde mais sans discipline tu ne peux pas vraiment y arriver. Pour te donner un exemple, pour moi Messi est un grand joueur de soccer, c’est un talent. Et tu as Cristiano Ronaldo, et moi je trouve qu’il est discipliné, c’est ça la différence.
Et moi je veux être les deux en même temps. Je veux être talentueux et discipliné. Si je veux jouer un instrument je vais aller apprendre. J’aimerai apprendre le piano et en jouer en concert. Pour ça je ne suis pas talentueux mais j’ai la discipline pour apprendre.
Certains n’ont pas de talent et ils sont là et se promeuvent tout le temps ! Et je leur dit ” j’admire car tu continues et tu fonces ! “. Et grâce à ça ils peuvent réussir plus tard à être meilleur.

TDLB : Que peut-on te souhaiter pour 2018 ?

CRUZITO : Je veux la santé physique, morale, être bien dans ma peau et dans ma tête sinon tu te démotives vite. Je veux être en paix avec moi-même. Ensuite je veux la motivation personnelle de continuer, des fois je me mets des “reminders” pour me motiver ! Troisièmement : le succès pour vivre ma musique et permettre  à mes parents d’arrêter de travailler.

TDLB : C’est donc ce je te souhaite : Santé, Motivation et Succès ! Merci beaucoup d’avoir répondu aux questions de The Dream Life Blog!

CRUZITO : Merci à toi pour l’invitation.

 

FB_IMG_1515120958499FB_IMG_1515120982839


 

Whether you have already heard his name or not yet, you will be soon captivated by his talent.
Born in Honduras, Cruzito grew up in Montreal, Canada, where he developed his art. From there, he shared the stage with other international personalities, chained tours accross Latin America but also in Europe, especially in France with the Big Boss Daddy Yankee.

With his experiences and his various featuring, Cruzito is established as the most prolific Montreal Latino artist abroad winning the prize of “Artista Destacado en el extranjero” at the Latins Awards 2015.

It is with great pleasure today that I introduce you this amazing artist, described as sensitive, positive and also with a well-asserted character!
This artist, active on social networks is an inspiration for many. You can follow him on :

-IG @officialcruzito
– Youtube cruzitovideos
-Facebook cruzito

Meeting with the phenomenon Cruzito who takes you in a Universe both romantic and rhythmic.

FB_IMG_1515120929902

INTERVIEW :

THE DREAM LIFE BLOG : Hello Cruzito, Happy New Year! Nice to have you with The Dream Life Blog today, I have a few questions for you, to start this new year. And the first question is : with the natural talent that you have, how did you know it was the song that was made for you ? Did it come that way or did you test other things before ?

CRUZITO: That happened very early. My mother often went to church with me and she forced me to go into the choir. I started to like that.  I am the kind of person who likes attention, I always try to be different. I was the person who sang most hardly, who made decorations with his voice. But until I was a teenager I did not  know that I liked music to the point I can make it my business, even if I was receptive to music.

I started to listen to  artists such as Prince, Mickael Jackson. My father used to listen to them. But when I travelled in Honduras for the second time, I was 13 years old,  reggaeton was exploding. For me it was totally  new because in Montreal we have had not a lot of South American music, not many support in medias and at this time social networks were not that popular.

Back to Montreal, I downloaded everything that I could find about reggaeton; I really enjoyed the rhythm. And I always liked writing poems thus I began to mix writing and music to compose my music. At 15 years old, with my childhood friend Henri to whom I give a shout out! (Laughter) we wrote together.

We created our own studio, and we used pencils microphones and boxes of eggs to soundproof Henri’s closet. We recorded our own demos there. At first it was really just for fun. I made my own instrumentals and people liked that. Our friends liked that too. One year later we realized that people really liked what we made and that fed my thirst to go farther.
At 16 years my first song DIME QUE SERA went up to the ears of a producer to Puerto Rico which offered me my first record contract. And there everything started and I realized I wanted to do music all my life.

TDLB: Moreover you made a featuring with Ken-Y and RaKiM on DIME QUE SERA…

CRUZITO: yes, they gave me my first opportunity. I collaborated in their album, it was their first album and it was my first time as well that I collaborated and made my introduction in music. We made 2 songs together. And these songs still stay, when I travel people still ask me to sing these songs, they are classics. Then we created DE QUE VALE, ONE IN A MILLION with Tony Dize. That opened me doors; I am really grateful and since I continue to work.

TDLB: What an amazing journey! And It has been more than ten years you are in music. Do you try to deliver a specific message through your songs ?

CRUZITO: I think that as artists, we are responsible for the contents we share, especially with young people who listen to us. In my case, I always liked romantic, positive music. I  never speaks bad in my songs, I do not speak violence, I do not speak drug, nor of sex; yes some have connotations and that is a part of the tendency. I am going to make one but the ten other songs which are going to follow will speak about love, about break-up, what happens in life. It is very connected with what happens in people’s lives. I am inspired by my personal life, I try not because I listen to my own songs and I am like” Oh no “. I want to be the kind of artist with who people can  identified themselves and they fel they can share my work with their friends and their family.
I have a 9-year-old son and you cannot be an artist and promote negative messages. I know that it is a trend and that is a part of a facade, it is the character of the artist but we are responsible and we have to pay attention to that.

TDLB: Exactly! You talked about your son and about social networks. I did my own researches(laughter) and you say that what counts the most to you it is your son.  What relation do you maintain with him and to what extent he inspires you?

CRUZITO: Look, my son is one of the main reasons why I go back to music. I had a musical absence when I had him, I was 21 years old, no job, at my parents’home and I was a little lost, I did not know what to do at this moment. I was ” a mess ” and there I just had a cognition and realized that I had to face up my responsibilities, things had to change. Then I had a job, I took an apartment with my ex-girlfriend. That really changed me. I really focused on my son and left music, I could not separated this energy in two. During 3-4 years I was a dad and there I said to myself that I need to return to the stage, even if I was still writting. And now people see that we are serious and that we are making a real and strong comeback.
So my son inspired me to do a “reality-check” and to go back on stage. I do everything for him. I also want to be his example. We are the best friends of the World. I think that it is important for a parent to be close to his child, to spend quality time with him.

TDLB: Plus, you deliver him the message to realize his dreams …

CRUZITO: yes and he likes music, he has his Spotify playlist;  I have  to look at what he listens and  I make sure that he does not listen to trap music even if I want to let him makes his own choices. He is very artistic.

TDLB: Speaking about responsibilities, knowing that you are reggaetonero and that reggaeton had a negative image for a long time; we see now that changes. Especially with artists like Daddy Yankee who is one of the Big Boss in this style and who gives a more positive tone. What do you think of this evolution?

CRUZITO: I think that we have to keep evolving. Time and tendencies change and it is necessary to adapt ourselves and also to be aware of the contents. I admire Daddy Yankee because we never see him or artists like him in media controversies, contrary to new artists. Some are focused on the message and others on ” what is sold “.
I want to be an artist supported for his values and principles and knowing that I follow them! I want to inspire people. Reggaeton had its moment, now we have trap, it is fashion, we just have to pay attention on what we deliver to others.

TDLB: We can also see that you are very active on the social networks and we followed your journeys in Colombia, in Chile, where you were on tour in 2017. But you grew up in Montreal thus you were able to see the difference between the cultures and to see your various public. How was it?

CRUZITO: When I go back there I am a little bit nervous because it has been a long time ago and at this period we filled stadiums with RaKiM and Ken-Y. People sang our songs So when I go back I wonder if people remember me? Are they going to sing my songs? And I was really surprised. I returned in Chile and I was really surprised! Clubs are full, they sing and dance my songs, take photos and interact on networks. That is heartwarming because I never have imagined that people would be interested to know what happens to me. Same thing in Peru and in Colombia.
We are planning to make shows in Spain, Argentina, Ecuador. People want to.
Sometimes I see comments and that touches me but it is not as much as somewhere else. There is a saying which says ” we are not a prophet in our own Earth “. It is true but it is necessary to change it. When I see my  friends I encourage them because I want that Montreal becomes  the next Toronto, with Drake, The Week-End. OK they make some English-speaking music but why we could not change it also?
I think that we need more support. Also with our promoters and that they pay us. Because when they do, I invest on me, on my career.

I sang in France, in the opening for Daddy Yankee, they paid me in Euros. They invest in their artist because they know that we evolve, in Montreal I do not see it.

TDLB: It is also the mission of The Dream Life BLog: to promote artists and entrepreneurs to be more known.

CRUZITO: We really appreciate people like you and radio stations who allow it. And thanks to it there will always be 2 or 3 people who are going to know you if it was not the case before.

Taat reminds me my song “A Dream”, it is my first French-speaking song. I speak French, I live in a French-speaking province and I have the talent to write and compose in Spanish; why shall not I have it in French?

And it came naturally, the song was well shared on networks . I received a lot of comments and invitations. I saw plays in France increased and there we are at 100 000 plays. OK it is nothing compared to million of plays but it is my first French song. Plus my public is not French, so for me it is a real achievement.
I like taking risks. As artist it is good to go out of our comfort zone and make something different. I think that’s what make us being artists: ART, it is to be creative. If we continue to do that we shall be more supported also.

TDLB: By talking of comfort zone, 2017 was a big year for you if we followed your current events on networks @officialcruzito. What is the biggest experience that you held of this year and which one you are going to use for 2018?

CRUZITO: I made big decisions this year. My girlfriend and I broke up, which showed me things differently, I quit my job with the plan to focus 100% on my career.
Before I had many responsibilities and I did not manage to focus but now I have more time for me. My challenge is to go out of this “shock” and be concentrated  on my goals to evolve in my career but also as human being.

TDLB: Amazing !
With your experience, you already have your public, you go even farther, you were also recognized here in Montreal as most spread artist abroad in 2015, thus a lot of recognition. What do you feel by being that supported in your journey to your dream ?

CRUZITO: I am becoming  “old”. It has been 10 years I make music and I have not known the success yet which I want. Yes people know who is Cruzito, yes people know my music but sometimes that pricks me when I hear ” ah he still makes music? “. I am part of the people who believe that success, motivation, the desire to become somebody is not of age. If you want to make something at this precise moment of your life, do it. Why to prevent you from it? Why do listen to people?
The message I wan to spread is that when you have a dream, a passion, follow it. Follow your intuitions, your guts. GO FOR IT. I lived so many challenges, closed doors, people who do not want that I successed. But that encourages me..
Sometimes I was demotivated and I said  to myself that I had to give up music, that it was not made for me but NO. I will not give up. What I bring with me in 2018 is to continue, to work hardly, to listen to your intuition and be disciplined.

TDLB: Do you believe more in discipline and work or in talent?

CRUZITO: I think it is a mix of boh. You can have all the talent of the World but if you are undisciplined you cannot really achieve your dream. To give you an example, for me Messi is a big player of soccer, he is a talented. And there is Cristiano Ronaldo, who is to me  disciplined, that’s it the difference.

And I want to be both at the same time. I want to be talented and disciplined. If I want to play an instrument I will learn how to do it. I would like learning piano and playing it in concert. For piano, for now I am not talented but I have the discipline to learn.
Some have  no talent and they  promote themselves all the time! And I admire that fire they have. And thanks to that they can manage later to be better

TDLB: What can we wish you for 2018?

CRUZITO: I want physical and moral health, inner peace otherwise you are fast demotivated. I want to motivate myself enought to keep going. Sometimes I put myself “reminders” to stay motivated! Thirdly I want success to live my music and allow my parents to stop working.

TDLB: This is what I wish to you: Health, Motivation and Success! Thank you very much to have answered the questions!

CRUZITO: Thanks to you for the invitation.

FB_IMG_1515120940209FB_IMG_1515120997246

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s